Vinkmag ad

La France demande aux moteurs de recherche et aux app stores de déréférencer Wish

Mercredi 24/11/2021, la France a ordonné aux moteurs de recherche et aux plateformes mobiles de retirer Wish de leurs listes en raison de problèmes de sécurité des produits, et le site de commerce électronique américain a déclaré qu’il ferait appel de la décision devant les tribunaux.

Pourquoi exiger une pénalité si sévère pour Wish ?

Le gouvernement français, qui enquête sur un certain nombre de détaillants en ligne, a déclaré dans un communiqué que son organisme de surveillance des consommateurs avait découvert qu’un nombre important de produits sur le site Wish étaient dangereux.

Selon les autorités, Wish, qui appartient à ContextLogic Inc., basée à San Francisco, n’a pas rappelé de manière adéquate les appareils et n’a pas explicitement informé les consommateurs des dangers associés à certains des produits proposés sur sa plate-forme.

Wish a affirmé qu’il avait toujours respecté les exigences de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la lutte contre les fraudes (DGCCRF) de France pour retirer des articles et avait tenté d’engager un dialogue constructif avec l’organisme de surveillance des consommateurs.

« Nous entamons une action en justice pour contester ce que nous considérons comme un acte illégal et disproportionné », a déclaré Wish dans un communiqué »

L’action de ContextLogic (Wish) en baisse

Les produits électroniques tels que les guirlandes lumineuses et les adaptateurs d’alimentation qui pourraient provoquer des décharges électriques, des risques d’étouffement dans les jouets pour animaux et des bijoux contenant des produits chimiques dangereux plomb et cadmium ont tous été mentionnés dans la déclaration du gouvernement.

Mercredi, le ministre des Finances Bruno Le Maire a déclaré à la radio France Info que le site devrait être supprimé de tous les moteurs de recherche.

Selon la DGCCRF, 45% des jouets, 90% d’appareils électriques et 62% d’articles de bijouterie dans un échantillon de 140 produits étaient dangereux. Il a affirmé que Wish avait retiré les matériaux nocifs dans les 24 heures, mais qu’ils restaient généralement sur le site sous une forme différente.

Wish affirme que, bien que la loi ne l’oblige pas à effectuer des contrôles de qualité sur les 150 millions de produits vendus sur sa plate-forme, elle a investi dans un certain nombre d’initiatives visant à promouvoir des produits de meilleure qualité.

Une décision qui fait suite à des interpellations précédentes

Wish s’est vu accorder un délai de deux mois par le gouvernement en juillet pour arrêter d’induire les consommateurs en erreur sur les risques liés à certains de ses produits, selon les autorités.

La décision de sanctionner Wish, selon des responsables français, visait à envoyer un message fort à un moment où le projet de loi européenne sur les services numériques de l’Union européenne, qui vise à responsabiliser les entreprises technologiques dans le domaine en ligne, est en cours de finalisation.

Selon l’association française du commerce électronique, les ventes en ligne en France ont totalisé 112 milliards d’euros (125 milliards de dollars) l’année dernière. Reste à savoir si les géants du web vont appliquer la sanction contre Wish.

Notez cet article
Vinkmag ad

Lire l'article précédent

Pourquoi acheter un plan d’adhésion ElegantThemes ?

Lire l'article suivant

Explorerons l’industrie numérique

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les Plus Lus