Vinkmag ad

Comment favoriser une économie numérique prospère en Afrique ?

Depuis le début de la révolution numérique et depuis que le monde parle d’économie numérique, les gens s’interrogent sur la digitalisation des espaces de travail et sur son incidence sur la productivité et l’emploi. Bien qu’un nombre important de personnes veuillent mettre en boîte cette idée en faisant la guerre aux emplois des travailleurs exécutant des tâches manuelles (les cols bleus), la réalité ne pourrait pas être loin de cet argument.

En Afrique, où la main-d’œuvre humaine est encore considérée comme une marchandise bon marché, facile à exploiter et très bénéfique, les lieux de travail changent et les emplois numériques apparaissent plus fréquemment que d’habitude. Il est donc impératif que la jeunesse africaine acquière les compétences nécessaires pour être compétente et productive dans l’économie numérique.

Les compétences nécessaires pour une économie numérique forte en Afrique

Quelles sont donc ces compétences « nécessaires » dont le monde ne cesse de parler ? Devrions-nous nous lancer dans l’enseignement de la programmation de haut niveau aux jeunes Africains ? Ou faut-il investir davantage dans les filières scientifiques, technologiques, de l’ingénierie et mathématiques pour tenter d’obtenir davantage d’ingénieurs et de scientifiques ?

Même si l’enseignement de la programmation et l’investissement dans les STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) ne sont pas une mauvaise idée, cela ne nous fera pas avancer d’un pouce dans le développement des compétences dont nous aurons besoin pour tirer parti de l’économie numérique.

Le premier (et peut-être le plus grand) défi au Gabon – et dans de nombreux pays africains – lorsqu’il s’agit d’acquérir de telles compétences, est que la plupart des jeunes ne comprennent pas le phénomène de l’économie numérique.

En termes simples, les gens ne le prennent pas au sérieux. Dans la plupart des pays africains, il est bien plus difficile de créer une start-up technologique que d’obtenir une licence de commerçant. Cette indifférence passive à la réalité de l’économie numérique de la part des politiciens africains est ce qui empêche les jeunes d’acquérir les compétences de l’économie numérique.

Comment développer l’économie numérique de façon réelle en Afrique ?

Pour résoudre ce problème, nous avons besoin de politiciens et de dirigeants en Afrique qui comprennent ce qu’est l’économie numérique et l’urgence d’en faire une « réalité africaine ». Cela peut se manifester en investissant massivement dans l’alphabétisation numérique dans les écoles primaires. Les enfants qui grandissent en apprenant dans un environnement numérique peuvent acquérir les compétences nécessaires pour fonctionner efficacement dans une économie numérique.

Rendre l’internet abordable en Afrique, afin de favoriser l’acquisition des savoirs et compétences

Deuxièmement, les pays africains, et en particulier le Gabon, doivent fournir massivement à leurs citoyens un accès abordable à l’internet à haut débit. Grâce à l’internet, les connaissances peuvent circuler de manière transparente au-delà des frontières.

Il est désormais possible d’obtenir un diplôme en ligne, d’apprendre à devenir un bon cuisinier en regardant YouTube, ou même de lancer une entreprise prospère avec rien d’autre qu’un ordinateur portable et une connexion internet décente.

Malheureusement, la plupart des Africains sont encore dans l’ignorance en raison du manque d’accès à l’internet. En fournissant aux jeunes un internet abordable, les nations africaines peuvent équiper leurs jeunes citoyens des outils nécessaires pour réussir dans l’économie numérique.

Un point important, il faudra aussi que les jeunes africain, surtout ceux de l’Afrique francophone puisse utiliser leur temps passé sur internet pour acquérir des compétences et des savoirs nécessaires à leur épanouissement professionnel et intellectuel, plutôt que d »utilise leur data uniquement que pour le papotage sur les réseaux sociaux.

Malgré l’installation de câbles sous-marins pour connecter le continent, le prix d’un giga de données internet mobiles reste très élevé en moyenne.

Bien que la fracture numérique de l’Afrique se réduise, le coût des services Le 30 juin 2020, le dernier tronçon du câble sous-marin Africa Coast to Europe (ACE) – qui relie la France à l’Afrique du Sud et relie 10 pays africains, dont le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Ghana, le Gabon – a été mis en service.

C’est le dernier exemple qui démontre les progrès de l’Afrique en matière de couverture internet : le câble, long de 17 000 km, a représenté un investissement de 700 millions de dollars par un consortium de 20 membres, dont le groupe français Orange, qui a contribué à hauteur de 250 millions de dollars.

Malgré ces bonnes nouvelles et le développement de câbles sous-marins reliant le continent, seuls 29 % des Africains ont accès à Internet, contre 45 % des personnes en Asie, selon le dernier rapport publié par l’Alliance for Affordable Internet (A4AI) en décembre 2020.

Prix d’un giga de données mobiles en 2020 (en dollars)

Economie numérique et coût de l'internet en Afrique

En conclusion, l’économie numérique arrive en Afrique, et ce faisant, elle apportera de grandes opportunités et quelques défis. En investissant dans l’alphabétisation numérique et en fournissant un internet abordable aux jeunes, il est possible d’inaugurer une nouvelle ère d’économie numérique en Afrique, avec une jeune génération compétente qui possède les compétences nécessaires pour la conduire et en faire l’épine dorsale de l’économie.

Tout cela passe nécessairement par la formation des formateurs, la mise à jour des curricula d’enseignement, la construction des infrastructures scolaires et universitaires adaptées à un enseignement-apprentissage basé véritablement sur l’économie numérique.

Comment favoriser une économie numérique prospère en Afrique ? 5 / 5 ( 4 votes )
Vinkmag ad

Lire l'article précédent

Créer un site web au Gabon

Lire l'article suivant

Comment créer une entreprise de livraison de repas à domicile ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les Plus Lus